En raison de l'épidémie du Covid-19 et des mesures gouvernementales de grande envergure, les entreprises et les consommateurs cherchent d'autres moyens de rapprocher l'offre et la demande ; d'un marché numérique pendant la fête nationale à la course aux créneaux de livraison à domicile dans les supermarchés. Il existe également toutes sortes de nouvelles initiatives qui utilisent la technologie pour rassembler les parties afin de soutenir les fournisseurs locaux ou d'aider les groupes vulnérables. La crise du Corona change la donne. Tant pour les entreprises qui utilisent une plateforme comme intermédiaire entre le consommateur et le fournisseur (pensez à Airbnb ou Uber) que pour les plateformes globales sur lesquelles les organisations vendent conjointement des produits ou des services. Il y a cinq évolutions frappantes qui provoquent un changement de l'économie de plateforme. 

 

1. L’intégration des règles ‘sans contact’

Les mesures prises par le gouvernement pour prévenir la propagation du virus sont claires : rester à l'intérieur autant que possible et se tenir à 1,5 mètre des autres. Les plateformes devraient également intégrer cette règle. 

En raison de la nature du service, certaines organisations auront plus de difficultés que d’autres. Par exemple, il est beaucoup plus difficile pour un chauffeur d'Uber de garder ses distances pendant un trajet en taxi que pour un coursier livrant à domicile qui laisse la commande sur le trottoir ou sous le porche. Et il y a encore plus d'exemples : PostNL permet aux livreurs de signer les commandes eux-mêmes et, lors de la réservation par l'intermédiaire de Natuurhuisje.nl, un locataire potentiel peut choisir l'option "sans contact avec le propriétaire". 

 

2. L’expédition intégrale 

Selon PostNL, il s'agit d'une "explosion du service en ligne". Les services de courrier et de colis ont augmenté leur capacité de 40 %, car les boutiques en ligne ont connu une croissance de 30 %, parfois jusqu'à 800 %. Les gens n'achètent plus seulement à des parties de commerce électronique connues, mais les entrepreneurs locaux vendent aussi leurs produits en ligne. Souvent, ces boutiques en ligne ne sont pas (encore) suffisamment équipées pour répondre à la demande plus importante et soudaine des clients. L'une des choses qui n'est pas toujours bien organisée est l'expédition des marchandises. Une plateforme telle que Marktplaats dispose depuis quelque temps déjà d'un système d'expédition intégré, qui permet à un vendeur de préparer facilement un colis comprenant une étiquette d'expédition "track & trace" pour l'expédition via la messagerie de Marktplaats. En raison de la demande croissante des clients et de la capacité limitée des grands prestataires de services logistiques, tels que PostNL, il y aura également de la place pour de nouvelles plateformes. La plateforme de messagerie Brenger et ishipit pour les travaux de livraison dans le voisinage en sont de bons exemples.

 

3. La création rapide de nouvelles plateformes

La crise du coronavirus frappe durement un certain nombre de secteurs. Toutes sortes d'initiatives visant à soutenir les entrepreneurs concernés, des producteurs de légumes aux propriétaires de bars, poussent comme des champignons. Dans de nombreux endroits, les producteurs locaux unissent leurs forces maintenant qu'ils ne peuvent plus vendre leurs produits aux restaurants et autres établissements de restauration, et vendent des paniers "soutenez vos habitants". Mais il existe aussi de nombreux projets d'aide pour soutenir, par exemple, les travailleurs sociaux ou les personnes âgées. Ainsi, Petbnb, met les propriétaires de chiens en contact avec les gardiens de chiens. La plateforme offre désormais ce service gratuitement aux personnes âgées qui n'osent pas sortir ou aux soignants qui n'ont plus le temps de faire une longue promenade avec leur fidèle compagnon à quatre pattes. La rapidité avec laquelle ces initiatives sont mises en place, commercialisées, livrées et payées est le résultat direct d'un esprit d'entreprise intelligent pendant le confinement actuel.

 

4. Les services de streaming sont également déployés dans les secteurs existants 

Il ne s’agit non seulement de nouvelles initiatives, mais les services sont également réinventés dans les secteurs existants. Prenons l'exemple d'une étude de notaire qui introduit désormais le "service vidéo" pour conseiller ses clients à distance. Les fournisseurs de ces services, tels que Zoom, 24sessions et Teams, obtiennent désormais une part de marché importante, mais ne disparaîtront pas complètement de la scène après la crise, parce que les organisations ont apporté des changements durables. Depuis la crise du Covid-19, les entrepreneurs sont obligés d’organiser différemment leurs moments de contact avec les clients et les consommateurs sont prêts à aller de l'avant de manière innovante pour pouvoir encore acheter un service. 

 

Ou l’exemple d’un professeur de musique qui ne vient plus donner des cours de guitare à domicile, mais qui les propose par le biais d'un service de streaming. Ce n'est d'ailleurs pas tout à fait nouveau, car il existe déjà des plateformes où le contenu est proposé avec succès via des services de streaming payants. Par exemple, vous pouvez prendre un cours de guitare via udemy.com

 

5. Le ‘sans cash’ est la nouvelle norme 

L'argent liquide est de moins en moins accepté dans beaucoup d’endroits. Pas si étrange bien sûr, car l'OMS a déjà averti que l'argent liquide pouvait être un vecteur de propagation du virus. De plus, il est plus facile de garder ses distances avec un paiement par carte ou une demande de paiement en ligne. Pour les plateformes, il est bon de se demander s'il y a encore un échange d'espèces ou des paiements via une facture dans les processus. En ce qui concerne le paiement des factures, il est beaucoup moins certain que le paiement sera effectivement effectué. 

 

Prenez le professeur de guitare, qui propose désormais ses cours en ligne, et qui peut très bien fonctionner dans la "société sans cash". Un étudiant prend une leçon vidéo via un service de streaming. Pour cette leçon, une compensation financière a été convenue à l'avance. Il est possible que cette leçon soit payée en dépôt fiduciaire, qui n'est libéré qu'après la fin de la leçon en ligne et que l'élève l'accepte, par exemple en ‘levant le pouce’ pour libérer des fonds. 

 

Bien sûr, ce n’est qu’une prévision, mais il est probable que certains des changements mentionnés auront un impact durable. Même après l'assouplissement des mesures visant à prévenir la propagation du Coronavirus. Le changement est souvent synonyme de progrès et nous sommes heureux de réfléchir avec vous pour aider nos partenaires.